8ème festival du cinéma chinois à Cannes du 4 au 15 juin 2018

Au cinéma Les ARCADES

Lundi 4 juin 19h15
FOREVER YOUNG

De: Li Fangfang / Avec: Zhang Ziyi, Huang Xiaoming, Chang Chen, Wang Leehom

L’histoire de quatre générations pendant une centaine d’années d’histoire récente de la Chine, chacune devant affronter ses propres challenges. Chaque partie dévoile les relations entre les personnages au cours des années. La première présente un cadre supérieur ambitieux et manipulateur au sein d’une agence de publicité dans le Pékin d’aujourd’hui. La seconde se déroule cinquante ans plus tôt, juste avant la Révolution Culturelle et présente trois jeunes amis idéalistes que l’amour et l’ambition sépareront. La troisième suit le destin d’un étudiant du sud qui souhaite s’engager dans l’US Air Force en 1938, au début de la guerre Sino Japonaise, contre la volonté de sa riche famille. Enfin la quatrième évolue autour d’un étudiant influencé par la visite et la philosophie d’un célèbre écrivain indien, en 1923, à Pékin.

Tourné il y a cinq ans mais sorti seulement très récemment, «Forever Young» est l’un des deux films qui ont fait revenir dans les salles chinoises un public qui n’avait plus l’habitude de les fréquenter. Le premier fut «Youth» (Feng Xiaogang), en Décembre 2017, suivi quelques semaines plus tard de ce film, le point commun entre les deux étant la nostalgie de la jeunesse. Sorti discrètement mais bénéficiant d’un excellent bouche à oreille, il a attiré jour après jour un public de plus en plus nombreux devenant un vrai succès populaire. De nombreux acteurs très connus figurent au générique (Chang Chen, Zhang Ziyi, Huang Xiaoming, Wang Leehom, etc). Il s’agit du plus gros succès commercial en Chine de l’actrice Zhang Ziyi. Durée: 138 minutes. Sortie: 12 Janvier 2018. Box Office: environ 750 M Yuans

 

Jeudi 7 juin 19h15
SEVENTY SEVEN DAYS

De: Zhao Hantang / Avec: Zhao Hantang, Jiang Yiyan 

Avril 2010. Parti de Shanghai, Yang Liusong est finalement arrivé au point de départ du challenge pour lequel il se prépare depuis deux ans. il souhaite être le premier à traverser, à bicyclette et sans aucun soutien extérieur, la zone désertique de Qiang Tang, à près de 5.000 mètres d’altitude sur le haut plateau tibétain. A Lhasa, il consulte un spécialiste de cette région qui tente de le dissuader. Il y rencontre également une jeune photographe handicapée qui l’accompagne au commencement de son périple solitaire. L’aventure va durer 77 jours. Le 27ème jour, il est attaqué par des loups qui le suivent à distance. Le 38ème, il atteint l’extrémité du plateau désertique et commence à manquer d’eau. Le 55ème, une crue soudaine le prend au piège. Enfin le 65ème jour de cette aventure et alors qu’il commence à manquer de nourriture, une tornade détruit tout sur son passage.

«Seventy Seven Days» combine à la fois une photographie époustouflante (les paysages sont splendides) ainsi qu’une excellente performance d’acteurs.

Adapté d’un roman inspiré d’une histoire vraie, ce premier film a demandé trois ans de tournage au Tibet dans des conditions extrêmes. A la fois témoignage de l’endurance humaine tant physique que spirituelle avec également une touche d’humour, ce film a été très bien accueilli par le public. Durée: 113 minutes. Sortie: 3 Novembre 2017. Box Office: environ 90 M Yuans

 

Samedi 9 juin 10h30
BATTLE OF MEMORIES 

De: Leste Chen/ Avec: Huang Bo, Xu Jinglei

Dans un futur proche, une nouvelle technologie permet de pouvoir effacer certains souvenirs de la mémoire et de les stocker dans une banque dédiée. Quelque part dans un pays appelé T, une adolescente appelle la police. A ses pieds gisent les corps de ses parents. Dans une autre partie de la ville, un célèbre écrivain fait effacer de sa mémoire tout ce qui peut lui rappeler son épouse dont il est séparé. Celle-ci cependant n’accepte de divorcer que s’il accepte de récupérer ces souvenirs. Au cours du processus de restitution, le laboratoire commet l’erreur de lui transmettre les souvenirs d’un tueur en série. Désormais il doit collaborer avec les forces de police afin de démasquer l’assassin.

Ce film est un métissage de genres (thriller, film noir, science fiction). En 2015, le FCCF avait présenté «The Great Hypnotist» du même réalisateur. Les deux films ont en commun un scénario incroyablement intelligent, entrainant le spectateur là où il ne s’y attend pas. Les retournements de situations sont nombreux. Deux stars sont à l’affiche. Xu Jinglei (invitée d’honneur chinoise de la cinquième édition du FCCF) interprète l’épouse. Son partenaire est Huang Bo dans un rôle aux antipodes de ses rôles d’acteur comique habituels. Durée: 112 minutes. Sortie: 28 Avril 2017. Box Office: environ 300 M Yuans

 

Samedi 9 juin 14h
LEGEND OF THE DEMON CAT

De: Chen Kaige / Avec: Huang Xuan, Shota Sometami

A Chang’an (Xian), lors de la dynastie Tang, un chat démon apparait chez le capitaine de la garde impériale, lui signifiant qu’un trésor est enterré sous un arbre de son jardin. Dans le même temps, le moine japonais Kukai est reçu en audience par l’empereur qui semble possédé. Après sa mort mystérieuse, Kukai décèle la présence d’un chat noir dans sa chambre. Bai Letian a rejoint la cour afin d’écrire un poème consacré à l’amour d’un précédent empereur de la dynastie pour sa concubine préférée. Il apprend au moine que depuis peu un chat noir a fait son apparition chez le capitaine de la garde. Après une série d’événements étranges, le moine et le poète suivent alors les traces du chat et découvrent que le décès de la concubine n’avait rien de naturel. Elle n’est pas morte d’amour comme le prétend la légende…..

Visuellement magnifique (décors, costumes, etc), ce thriller fantastique et pseudo historique est la dernière réalisation de Chen Kaige, metteur en scène mythique de la «cinquième génération». Très connu en France, notamment pour «Adieu ma Concubine» (Palme d’Or à Cannes en 1993), il s’agit du plus important succès commercial de ce réalisateur. Distribué sur les écrans chinois en Décembre dernier, malgré la concurrence féroce de films plus commerciaux, «Legend of the Demon Cat » a rapporté environ 550 M Yuans au box office. Adaptation d’un roman japonais de 2004 («Samana Kukai»), il s’agit d’une co-production sino-japonaise. Durée: 128 minutes. Sortie: 22 Décembre 2017. Box Office: environ 550 M Yuans

 

Dimanche 10 juin 10h30
OUR TIME WILL COME 

De: Ann Hui/ Avec: Zhou Xun, Eddie Peng
En Décembre 1941, alors que les Japonais occupent Hong-Kong, la jeune institutrice Fang Lan tente de survivre. Une rencontre avec le célèbre écrivain Mao Dun, qui loue une chambre dans l’appartement de sa mère, va changer son destin. Lan y croise un réseau de résistants dont elle épouse rapidement la cause. Elle fait la connaissance d’un jeune capitaine. Remarquant le sangfroid et l’intelligence de l’institutrice, il lui confie rapidement d’importantes fonctions. Lan est chargée d’organiser un point de liaison secret afin de fournir des renseignements aux résistants malgré la surveillance des forces armées japonaises. Sa mère la remplace au cours d’une mission. Découverte, elle est arrêtée par les Japonais. Pour la sauver, Lan n’a d’autre issue que l’aide de son ancien fiancé qui désormais travaille pour l’occupant.

Ce drame historique est le dernier film en date de la célèbre réalisatrice de Hong-Kong Ann Hui. Il a été très bien reçu partout où il a été montré et quasiment toutes les critiques tant chinoises qu’occidentales ont été excellentes. Le film est sorti en Chine continentale le jour de la commémoration du vingtième anniversaire de la restitution de Hong-Kong. Deux stars sont à l’affiche. Eddie Peng interprète le jeune capitaine de la résistance. Zhou Xun prête ses traits à Lan. Il s’agit très certainement de l’une de ses meilleures interprétations. Elle assume avec une assurance parfaite toutes les diverses émotions rencontrées par son personnage. Durée: 130 minutes. Sortie: 1er Juillet 2017. Box Office: environ 100 M Yuans

 

Dimanche 10 juin 14h
THE EX-FILE : THE RETURN OF THE EXES

De: Tian Yusheng/ Avec: Han Geng, Zheng Kai, Kelly Hu

Meng Yun et son meilleur ami Yu Fei ont créé Mojo Design. Leur entreprise est devenue florissante. Le premier vit depuis longtemps avec Lin Jia mais le couple se sépare. Yu Fei discute de la situation de son ami avec sa compagne. Ils se disputent et décident également de se séparer. Désormais le clan des garçons s’oppose à celui des filles. Le premier couple est trop fier pour faire des concessions. Le second se retrouve constamment comme s’ils s’étaient séparés que par solidarité avec leurs amis.

Troisième volet d’une franchise commencée en 2014, cette comédie dépeint les relations sentimentales compliquées de certains jeunes urbains branchés dans la Chine d’aujourd’hui. Le film est un «mélange» original puisque il s’agit d’une comédie romantique tout en étant en même temps exactement le contraire. Sorti en fin d’année, 2017, le film a été un grand succès populaire (surprise) avec un montant de recettes au box office proche de 2 milliards de yuans. Durée: 117 minutes. Date de sortie: 29 Décembre 2017. Box Office: 1,9 milliards Yuans

 

Lundi 11 juin 19h15
WOLF WARRIOR 2

De: Wu Jing / Avec: Wu Jing

Le soldat d’élite Leng Feng, membre des Forces Spéciales, revient dans sa ville natale. Il constate sa quasi destruction. Suite à une violente confrontation avec le responsable, il est condamné à une peine de prison et renvoyé de l’armée. Désormais seul, il décide de partir pour l’Afrique dès sa sortie de prison afin d’y commencer une nouvelle vie. Le pays où il se trouve est alors confronté à une insurrection importante impliquant des forces rebelles associées à des mercenaires étrangers qui s’attaquent à la population civile. Leng Feng décide alors de pénétrer dans les territoires occupés par les rebelles afin de secourir les réfugiés ainsi que ses compatriotes pris au piège, les évacuant des zones dangereuses par tous les moyens possibles.

Ce blockbuster d’action, réalisé et interprété par Wu Jing, est le film de tous les records. Véritable phénomène de société, la presse internationale a largement commenté ses résultats tout au long de l’été. Avec un box office de près de 5,70 milliards de yuans, il s’agit du plus important succès commercial du cinéma en Chine de tous les temps. Le premier «Wolf Warrior » avait déjà été un succès surprise en 2015 mais sans évidemment atteindre de tels sommets. Ce blockbuster est une suite de scènes d’action spectaculaires mélangeant fusillades, combats au corps à corps, explosions, courses poursuites, combats de tanks, etc. Durée: 124 minutes. Sortie: 27 Juillet 2017. Box Office: environ 5,700 M Yuans

 

Mardi 12 juin 19h15
OUR SHINING DAYS

De: Wang Ran/ Avec: Xu Lu, Peng Yuchang

La musique classique et la musique traditionnelle chinoise rivalisent au sein d’une Académie de Musique pour adolescents. Une étudiante est secrètement amoureuse d’un pianiste classique. Rejetée par ce dernier qui lui déclare n’avoir jamais entendu parler de l’instrument dont elle joue, elle forme un ensemble de musique chinoise traditionnelle afin d’impressionner le pianiste. Ce qui était perçu au départ comme un projet peu sérieux initié par des amateurs se transforme progressivement en une quête pour la reconnaissance d’une tradition musicale considérée archaïque par de nombreux étudiants. La rivalité entre les deux groupes ira croissante.

Comédie lycéenne plaisante et dynamique, inspirée en partie par l’univers du manga et du jeu vidéo, «Our Shining Days» est le premier long métrage de ce réalisateur. Le scénario est de Bao Jingjing, célèbre pour avoir écrit la comédie romantique «Love is not Blind» (grand succès public en Chine en 2011 et présentée lors de la seconde édition du FCCF). Durée: 103 minutes. Date de sortie: 23 Juillet 2017. Box Office: environ 70 M Yuans

 

Jeudi 14 juin 19h15
CHASING THE DRAGON

De: Wong Jing et Jason Kwan/ Avec: Donnie Yen / Andy Lau

Un jeune homme émigre clandestinement à Hong-Kong en 1963. Rusé et sans pitié, il va progressivement évoluer et devenir «Ho l’estropié», un parrain du monde de la pègre particulièrement cruel. Désormais l’un des plus puissants barons de la drogue, il doit affronter les clans rivaux aidé par l’inspecteur de police corrompu Lee Rock. Après la mise en place d’une commission anti corruption au sein des forces de police, Lee Rock n’a d’autre choix que de fuir. Rien ne pourra cependant arrêter Ho, déterminé à devenir l’unique patron de l’empire de la drogue.

Inspiré d’une histoire vraie (les deux personnages sont iconiques et ont défrayé la chronique locale au cours des années 1960 et 1970), ce film est l’un des drames policiers les plus impressionnants vus depuis longtemps. Ecrit et co-réalisé par une légende de Hong-Kong (Wong Jing), il est également interprété par deux des acteurs asiatiques les plus populaires. Donnie Yen (invité d’honneur de la sixième édition du FCCF) méconnaissable est incroyable. Andy Lau interprète le flic corrompu et il est également parfait, habitant le rôle avec morgue et insolence. Ce film est du niveau des grands films de gangsters tournés à Hong-Kong dans les années 1980-1990. Durée: 128 minutes. Sortie: 30 Septembre 2017. Box Office: environ 600 M Yuans

 

Au Cannet

Samedi 9 juin 17h cinéma Cannet Toiles : Forever young

Dimanche 10 juin 17h cinéma Cinétoile Rocheville : Our time will come

 

Récapitulatif

FOREVER YOUNG (blockbuster: drame historique) 138 minutes

SEVENTY SEVEN DAYS (drame d’aventure extrême) 113 minutes

BATTLE OF MEMORIES (thriller, film noir, science fiction) 112 minutes

LEGEND OF THE DEMON CAT (film d’époque, thriller fantastique) 128 minutes 

OUR TIME WILL COME (drame historique) 130 minutes

THE EX-FILE: THE RETURN OF THE EXES (comédie romantique) 117 min. 

WOLF WARRIOR 2 (blockbuster: film de guerre et action) 124 minutes 

OUR SHINING DAYS (comédie) 103 minutes

CHASING THE DRAGON (film policier) 128 minutes

Au sujet du film Our time will come

L'occupation impériale japonaise de Hong Kong 

L' occupation impériale japonaise de Hong Kong (香港 時期) a commencé lorsque le gouverneur de Hong Kong , Sir Mark Young , a cédé la colonie britanniquede Hong Kong au Japon impérial le 25 décembre 1941. La capitulation a eu lieu après 18 jours de combats acharnés contre les forces japonaises écrasantes qui avaient envahi le territoire. [5] [6] L'occupation a duré trois ans et huit mois jusqu'à ce que le Japon se soit rendu à la fin de la deuxième guerre mondiale . La longueur de cette période (三年 八個月) devint plus tard une métonymiede l'occupation. [6]

Invasion japonaise impériale de la Chine  

Au cours de l' invasion de la Chine par l'armée impériale japonaise en 1937, Hong Kong n'était pas attaquée. Néanmoins, sa situation a été influencée par la guerre en Chine en raison de la proximité de la Chine continentale. Au début du mois de mars 1939, lors d'un bombardement impérial japonais à Shenzhen , quelques bombes tombèrent accidentellement sur le territoire de Hong Kong, détruisant un pont et une gare. [7]

Seconde guerre mondiale 
En 1936, l' Allemagne et l'Empire du Japon ont signé le Pacte anti-Komintern . En 1937, l'Italie fasciste a rejoint le pacte, formant le noyau de ce qui allait devenir connu comme les puissances de l' Axe .

À l'automne 1941, l'Allemagne nazie était proche de la hauteur de sa puissance militaire. Après l' invasion de la Pologne et la chute de la France , les forces allemandes avaient envahi une grande partie de l'Europe occidentale et se dirigeaient vers Moscou . Bien que officiellement neutres, les États-Unis soutenaient activement la Grande-Bretagne, le Commonwealth britannique et l'Union soviétique dans leur guerre contre l'Allemagne par le biais de Lend-Lease et d'autres programmes.

Les États-Unis ont également soutenu la Chine dans sa lutte contre l'invasion du Japon impérial. Il a imposé un embargo de 100% sur la vente de pétrole au Japon après que des formes moins agressives de sanctions économiques aient échoué à stopper les avances japonaises. Le 7 décembre 1941 (heure d'Honolulu), le Japon lance soudainement une vaste offensive à travers le Pacifique et l'Asie du Sud-Est, notamment attaquer la base navale américaine de Pearl Harbor et les Philippines sous domination américaine , envahir la Thaïlande et envahir la Malaisie britannique .

Bataille de Hong Kong 

Dans le cadre d'une campagne générale du Pacifique, les Japonais Impériaux lancèrent un assaut sur Hong Kong le matin du 8 décembre 1941. [8] Les forces britanniques , canadiennes et indiennes , appuyées par les Forces de défense volontaire de Hong Kong, tentèrent de résister Japonais impérial mais étaient en infériorité numérique. Après avoir couru les nouveaux territoires et Kowloon , les forces impériales japonaises ont traversé Victoria Harbour le 18 décembre. [9] Après les combats acharnés continué sur l'île de Hong Kong , le seul réservoir a été perdu. Canada Winnipeg Grenadierscombattu au crucial Wong Nai Chung Gap [la citation nécessaire ] qui a assuré le passage entre Victoria, Hong Kong et les sections méridionales isolées de l'île. Finalement, le 25 décembre 1941, les fonctionnaires coloniaux britanniques dirigés par le gouverneur de Hong Kong, Mark Aitchison Young, se rendirent au siège japonais. [2] Pour les personnes locales, le jour était connu comme "Black Christmas". [dix]

La capitulation de Hong Kong a été signée le 26 à l' hôtel The Peninsula . [11] Le 20 février 1942 le général Rensuke Isogai est devenu le premier gouverneur impérial japonais de Hong Kong. [12] Juste avant la reddition des Britanniques, des soldats impériaux japonais ivres entraient au St. Stephen's College , qui servait d'hôpital. [13] Les Japonais Impériaux ont alors confronté deux médecins volontaires et ont tiré sur les deux quand l'entrée a été refusée. [13] Ils ont ensuite fait irruption dans les quartiers et ont attaqué tous les soldats blessés et le personnel médical qui étaient incapables de se cacher dans ce qui était connu sous le nom d'incident au collège de St. Stephen.[13] Cela a marqué le début de près de quatre ans d'administration impériale japonaise.

Politique

Tout au long de l'occupation impériale japonaise, Hong Kong fut gouverné comme un terrain détenu et soumis à la loi martiale . [14] Dirigés par le Général Rensuke Isogai , les Japonais Impériaux ont établi leur administration et leur poste de commandement à l' Hôtel Peninsula à Kowloon . Le gouvernement militaire, composé des départements de la politique, du civil, de l'économie, de la justice et de la marine, a adopté des règlements rigoureux et créé des bureaux exécutifs pour exercer un pouvoir sur tous les résidents de Hong Kong. Ils ont également mis en place le pantin chinois et le Conseil des coopératives chinoises.composé de leaders communautaires locaux chinois et eurasiens. Au sommet du gouverneur Mark Young, 7 000 soldats et civils britanniques ont été détenus dans des camps de prisonniers de guerre ou d'internement, tels que le camp de prisonniers de Sham Shui Po et le camp d'internement de Stanley . [15] La famine, la malnutrition et la maladie étaient omniprésentes. Des cas graves de malnutrition parmi les détenus se sont produits dans le camp d'internement de Stanley en 1945. De plus, le gouvernement militaire impérial japonais a bloqué le port Victoriaet les entrepôts contrôlés.

Au début de janvier 1942, d'anciens membres de la police de Hong Kong, y compris les Indiens et les Chinois, furent recrutés dans une police réformée appelée le Kempeitaiavec de nouveaux uniformes . [16] La police exécute régulièrement des exécutions à King's Park à Kowloon en utilisant le chinois pour décapiter, tirer et pratiquer la baïonnette . [16] La gendarmerie impériale japonaise a repris tous les postes de police et a organisé la police dans cinq divisions, à savoir Hong Kong Est, Hong Kong Ouest, Kowloon, les nouveaux territoires et la police de l'eau. Le quartier général était situé dans l' ancien bâtiment de la Cour suprême . [17]La police à Hong Kong était sous l'organisation et le contrôle du gouvernement impérial japonais. Les experts et les administrateurs impériaux japonais étaient principalement employés dans le bureau du gouverneur et ses divers bureaux. Deux conseils de dirigeants chinois et eurasiens ont été mis en place pour gérer la population chinoise. [16]

Économie

Sur le plan économique, toutes les activités commerciales étaient sévèrement surveillées et la majorité des usines étaient prises en charge par les Japonais impériaux. Ayant privé les vendeurs et les banques de leurs possessions, les forces d'occupation ont mis hors la loi le dollar de Hong Kong et l'ont remplacé par le yen militaire japonais . [18]Le taux de change a été fixé à 2 dollars de Hong Kong pour un yen militaire en janvier 1942. [19] Plus tard, le yen a été réévalué à 4 Hong Kong en juillet 1942, ce qui a permis aux populations locales d'échanger moins de notes militaires qu'avant. [19]Tandis que les citoyens de Hong Kong devenaient pauvres dans des échanges forcés, le gouvernement impérial japonais a vendu le dollar de Hong Kong pour aider à financer leur économie de guerre. Plus tard, le yen a été le seul cours légal à des fins officielles en juin 1943. Les prix des produits à vendre devaient être indiqués en yen. L'hyper-inflation a ensuite perturbé l'économie, affectant directement les citoyens de Hong Kong. [18] Dévaluationénorme du Yen Militaire Japonais Impérial après la guerre l'a rendue presque sans valeur. [11]

Les transports publics et les services publics ont inévitablement échoué, en raison de la pénurie de carburant et de l'augmentation des raids aériens américains sur Hong Kong. Des dizaines de milliers de personnes sont devenues sans abri et sans défense, et beaucoup d'entre elles travaillaient dans la construction navale et la construction. Dans le domaine agricole, les Japonais Imperial a repris la piste de course à Fanling et la bande d'air à Kam Tin pour leurs expériences de culture du riz. [5] : 157, 159, 165 [20]

Dans le but de renforcer l'influence impériale japonaise sur Hong Kong, deux banques impériales japonaises, la Yokohama Specie Bank et la Bank of Taiwan , ont été rouvertes. [5]Ces deux banques ont remplacé Hongkong et Shanghai Banking Corporation (HSBC) et deux autres banques britanniques responsables de l'émission des billets. [5] Ils ont ensuite liquidé diverses banques alliées. [5]Les banquiers britanniques, américains et hollandais ont été contraints de vivre dans un petit hôtel, tandis que certains banquiers, considérés comme l'ennemi des Japonais impériaux, ont été exécutés. En mai 1942, les compagnies impériales japonaises furent encouragées à être créées. Un syndicat commercial de Hong Kong composé d'entreprises impériales japonaises a été créé en octobre 1942 pour manipuler le commerce extérieur. [20]

Vie communautaire, services sociaux et hygiène publique 

La vie dans la peur

Les Japonais ont appliqué une politique de rapatriement tout au long de la période d'occupation en raison de la pénurie de nourriture et de la contre-attaque éventuelle des Alliés. En conséquence, les chômeurs furent déportés en Chine , et la population de Hong Kong passa de 1,6 million en 1941 à 600 000 en 1945. [21] En outre, les Japonais reconstruisirent des installations gouvernementales et privées pour leurs propres intérêts et développements. . Pour agrandir l' aéroport de Kai Tak , par exemple, les Japonais ont démoli le monument Sung Wong Toi dans l'actuelle ville de Kowloon . Bâtiments de certaines écoles secondaires prestigieuses telles que Wah Yan College Hong Kong, qui est l'une des deux écoles jésuites de Hong Kong, Diocesan Boys 'School , la Central British School , le St. Paul's Girls' College de l' église anglicane et le collège La Salle des frères La Salle ont été réquisitionnés comme hôpitaux militaires par la Japonais. On disait que l'école diocésaine des garçons était utilisée par les Japonais comme lieu d'exécution. [la citation nécessaire ]

La vie était dure pour les gens sous domination japonaise. Comme l'approvisionnement alimentaire était insuffisant, les Japonais rationnaient les nécessités telles que le riz, l'huile, la farine, le sel et le sucre. Chaque famille a reçu un permis de rationnement, et chaque personne ne pouvait acheter que 6,4  taels (240 g) de riz par jour. [1] La plupart des gens n'avaient pas assez de nourriture à manger, et beaucoup sont morts de faim. Le système de rationnement a été annulé en 1944.

Selon des témoins oculaires, les Japonais ont commis des atrocités sur de nombreuses femmes chinoises et chinoises locales qui ont été violées. Au cours des trois ans et demi d'occupation, environ 10 000 civils de Hong Kong ont été exécutés, tandis que beaucoup d'autres ont été torturés, violés ou mutilés. [22]

Charité et services sociaux

Pendant l'occupation, les hôpitaux disponibles pour les masses étaient limités. L' hôpital de Kowloon et l' hôpital Queen Mary étaient occupés par l'armée japonaise. [23] Malgré le manque de médicaments et de fonds, l' hôpital de Tung Wah et de Kwong Wah a continué ses services sociaux mais à une échelle limitée. Ceux-ci comprenaient la fourniture de nourriture, de médicaments, de vêtements et de services funéraires. Bien que les fonds aient été fournis, ils avaient encore de grandes difficultés financières. Le fait de ne pas percevoir les loyers et les coûts de réparation élevés les ont forcés à promouvoir des activités de collecte de fonds comme des spectacles musicaux et des drames.

L'hôpital Tung Wah et l'organisation caritative Po Leung Kuk ont continué à fournir des secours caritatifs, tandis que des dons substantiels ont été offerts par des membres de l'élite chinoise. [24] Po Leung Kuk a également accueilli des orphelins, mais a été confronté à des problèmes financiers pendant l'occupation, car leurs dépôts bancaires ne pouvaient pas être retirés sous contrôle japonais. Leurs services ne pouvaient être poursuivis que grâce aux dons d' Aw Boon Haw , un financier à long terme de Po Leung Kuk.

Santé et hygiène publique 

Il y avait très peu d'hôpitaux publics pendant l'occupation japonaise car beaucoup d'entre eux ont été forcés à être convertis en hôpitaux militaires. Avec l'insuffisance des ressources disponibles, l' hôpital de Tung Wah et l' hôpital de Kwong Wah offraient toujours continuellement des services sociaux limités aux personnes dans le besoin. En juin 1943, la gestion de l'eau, du gaz et de l'électricité fut transférée à des mains privées japonaises. [5]

Education, presse et propagande politique

A travers la scolarité, les médias et d'autres moyens de propagande, les Japonais ont essayé de contrôler les mentalités du peuple de Hong Kong afin de construire un régime d'administration plus fort. La japonisation était un moyen courant de restreindre la pensée des gens, et elle prévalait dans différents aspects de la vie quotidienne.

Éducation japonaise

C'était la conviction japonaise que l'éducation était un moyen impératif pour infuser l'influence japonaise. L'enseignement de la langue japonaise était obligatoire, et les étudiants qui ont reçu de mauvais résultats aux examens japonais risquaient des châtiments corporels. Selon un témoignage, l'anglais ne pouvait être enseigné ni toléré en dehors de la classe. [25] [ meilleure source nécessaire ]Certaines écoles privées japonaises ont été créées pour promouvoir le japonais oral. L'administration militaire a organisé le cours de formation des enseignants, et les enseignants qui ont échoué à un test de référence japonais devraient suivre un cours de formation de trois mois. Les autorités japonaises ont essayé d'introduire les traditions et les coutumes japonaises aux étudiants de Hong Kong à travers les cours de japonais à l'école. Récits historiques célèbres tels que Mori Motonari « « s SANBON pas ya (trois flèches) » et Xufu « s voyage (徐福) au Japon ont été introduits dans les manuels de langue japonaise. [26] Les principaux objectifs de cette japonisation du système éducatif étaient principalement de faciliter le contrôle japonais sur les populations locales et d'établirSphère de coprospérité de l'Asie de l'Est . Par conséquent, ce qu'il essayait de créer était une course pour apprendre le japonais.

D'un autre côté, en 1943, une seule école de langue formelle, l'école de Bougok ( 學校), offrait des cours de cantonais aux Japonais de Hong Kong. Selon un instructeur de l'école de Bougok, "enseigner le cantonais est difficile parce qu'il n'y a pas de système et de modèle en grammaire cantonnaise, et il faut changer la prononciation selon l'occasion" et "il serait plus facile pour un peuple cantonais d'apprendre Japonais qu'un peuple japonais pour apprendre le cantonais. " [27]

Propagande

Les Japonais ont promu un système bilingue d'anglais avec le japonais comme lien de communication entre les locaux et les forces d'occupation. Des pancartes anglaises et des publicités ont été enlevées et, en avril 1942, les rues et les bâtiments de Central ont été renommés en japonais. Par exemple, Queen's Road Central devint Meiji -dori et la rue Des Voeux devint Shōwa -dori. [5] [28] De même, l' Hôtel Gloucester est devenu le Matsubara . [29] L' Hôtel Peninsula , le Matsumoto; [30] Lane Crawford , Matsuzakaya . [31]Le Queen's Theatre a été renommé d'abord le Nakajima-dori, puis le Meiji. [31] Leur propagande a également souligné la prééminence du mode de vie japonais, des valeurs spirituelles japonaises et des maux du matérialisme occidental .

Gouvernement House , la résidence des gouverneurs anglais avant l'occupation, était le siège du pouvoir pour les gouverneurs militaires japonais. Pendant l'occupation, les bâtiments ont été en grande partie reconstruits en 1944 sur la base de dessins de l'ingénieur japonais Siechi Fujimura, y compris l'ajout d'une tour de style japonais qui reste à ce jour. [32] Beaucoup de caractéristiques architecturales géorgiennes ont été enlevées pendant cette période. [33] Les toits continuent également à refléter une influence japonaise. [34]

La commémoration des festivals japonais, des occasions d'État, des victoires et des anniversaires a également renforcé l'influence japonaise sur Hong Kong. Par exemple, il y avait Yasukuri ou le festival du sanctuaire en l'honneur des morts. Il y avait aussi une journée de l'Empire japonais le 11 février 1943 autour du culte de l' empereur Jimmu . [20]

Presse et divertissement

Le Hong Kong News , un journal anglais d'avant-guerre appartenant à des japonais, a été relancé en janvier 1942 lors de l'occupation japonaise. [35] L'éditeur, EG Ogura, était japonais et les membres du personnel étaient principalement des Chinois et des Portugais qui travaillaient auparavant pour le South China Morning Post . [25] [35] Il est devenu le porte-parole de la propagande japonaise. [35] Dix journaux chinois locaux avaient été réduits à cinq en mai. Ces journaux étaient sous la censure de la presse. Des postes de radio ont été utilisés pour la propagande japonaise. Les amusements existaient toujours, mais seulement pour ceux qui pouvaient se les permettre. Les cinémas ont seulement projeté des films japonais, tels que The Battle of Hong Kong, le seul film réalisé à Hong Kong pendant l'occupation japonaise. [36] Réalisé par Shigeo Tanaka (雄中 Tanaka Shigeo ) et produit par la compagnie de film de Dai Nippon , le film a comporté un casting tout japonais mais quelques personnalités de film de Hong Kong ont été également impliquées. Ce film est apparu au premier anniversaire de l'attaque.

Crimes de guerre 

Selon le journal de Hong Kong Apple Daily , en décembre 1941, un groupe de soldats japonais a tué dix brancardiers de la Croix-Rouge à Wong Nai Chung Gap, malgré le fait que les brancardiers portaient tous le brassard de la croix rouge . Ces soldats ont capturé cinq autres médecins qui ont été attachés à un arbre, dont deux ont été emmenés par les soldats pour ne plus jamais être revus. Les trois autres ont tenté de s'échapper pendant la nuit, mais un seul a survécu à l'évasion. [37]

Une équipe d'archéologues amateurs a trouvé les restes de la moitié d'un insigne. L'évidence a indiqué son appartenance à Barclay, le capitaine du corps médical royal d'armée , donc les archéologues l'ont présenté au fils de Barclay, Jim, qui n'avait jamais rencontré son père avant sa mort. [37]

Les massacres notables incluent également le massacre de Collège de rue Stephen et un massacre de masse à Mui Wo appelé le massacre de Silver Mine Bay (銀礦 屠殺) par quelques habitants.

Après la reddition japonaise , quinze [38] soldats japonais ont tué soixante-dix personnes [39] à Mui Wo . Ils ont incendié trois villages et capturé trois cents villageois, dont beaucoup ont été retrouvés morts. [38]

Résistance anti-japonaise 

Colonne d'East River 

Initialement formé par Zeng Sheng ( ) dans le Guangdong en 1939, ce groupe comprenait principalement des paysans, des étudiants et des marins, y compris Yuan Geng . [2]Quand la guerre a atteint Hong Kong en 1941, la force de guérilla est passée de 200 à plus de 6.000 soldats. [2] En janvier de 1942, la guérilla est-japonaise anti-japonaise du peuple du Guangdong (廣東 人民 抗日 游擊隊 東江 縱隊) a été établie pour renforcer les forces anti-japonaises dans les deltas de Dongjiang et de Zhujiang Pearl River . [40] La contribution la plus significative des guérilleros aux Alliésen particulier, leur sauvetage de vingt pilotes américains parachutés à Kowloon lorsque leurs avions furent abattus par les Japonais. [2] À la suite de la retraite britannique , les guérilleros ont ramassé des armes abandonnées et établi des bases dans les Nouveaux Territoires et Kowloon. [2] Appliquant la tactique de la guérilla, ils ont tué des traîtres et des collaborateurs chinois. [2] Ils ont protégé des commerçants dans Kowloon et Guangzhou , ont attaqué le poste de police à Tai Po , et ont bombardé l'aéroport de Kai Tak. [2] Pendant l'occupation japonaise la seule résistance fortifiée a été montée par les guérillas de fleuve Est. [2]

La brigade de Hong Kong Kowloon 

En janvier 1942, la brigade HK-Kowloon (港九 大隊) fut créée par la guérilla anti-japonaise du peuple du Guangdong. [41] En Février 1942 résidents locaux Choi Kwok-Leung (蔡國梁) en tant que commandant et Chan Tat-Ming (陳達明) comme commissaire politique, ils étaient armés de 30 mitrailleuses et plusieurs centaines de fusils laissés par les forces britanniques défaits. [9] Ils ont compté environ 400 entre 1942 et 1945 et ont opéré à Sai Kung . [9] En outre, les guérilleros ont été remarquables dans le sauvetage des prisonniers de guerre, notamment Sir Lindsay Ride , Sir Douglas Clague , le professeur Gordan King et David Bosanquet . [2]En décembre 1943, la force du Guangdong réforma la guérilla de la rivière de l'Est, absorbant la brigade HK-Kowloon dans la plus grande unité. [41]

Groupe d'aide de l'armée britannique 

Le British Army Aid Group a été formé en 1942 à la suggestion du colonel Lindsay Ride . [9] Le groupe a sauvé des prisonniers de guerre alliés en incluant des aviateurs abattus et des ouvriers pris au piège dans HK occupé. [9] Il a également développé un rôle dans la collecte de renseignements. [9] Dans le processus, le Groupe a fourni une protection à la rivière Dongjiang qui était une source d'eau domestique à Hong Kong. C'était la première organisation dans laquelle les Britanniques, les Chinois et les autres nationalités ont servi sans division raciale. [la citation nécessaire ] Francis Lee Yiu-pui et Paul Tsui Ka-cheung ont été commandés en tant qu'officiers. [9]

Fin de l'occupation japonaise 

La capitulation japonaise

L'occupation japonaise de Hong Kong a pris fin en 1945, après les États-Unis a chuté une bombe atomique sur Hiroshima le 6 Août 1945 , [6] [42] Un autre a été larguée sur Nagasaki trois jours plus tard, le même jour que l' URSS a commencé sa Manchurian Strategic Offensive Operation , qui a paralysé la dernière grande armée japonaise en Chine. [42] Le Japon a finalement capitulé le 15 août 1945. [43] Hong Kong a été remis par l'armée impériale japonaise à la Royal Navy.le 30 août 1945; Le contrôle britannique sur Hong Kong a ainsi été rétabli. Le 30 août a été déclaré «jour de la libération» (en chinois: 紀念日) et était un jour férié à Hong Kong jusqu'en 1997.

Le général Takashi Sakai , qui a dirigé l'invasion de Hong Kong et a ensuite été gouverneur général pendant l'occupation japonaise, a été jugé comme criminel de guerre et exécuté dans l'après-midi du 30 septembre 1946. [44]

Stade politique de Hong Kong 

La capitulation du Japon en 1945 entraîna une nouvelle question: qui gouvernerait Hong Kong? Le Kuomintang de Chiang Kai-shek a supposé qu'il reprendrait le rôle de contrôle de l'ensemble de la Chine. [14] Plusieurs années plus tôt, le président américain Franklin Roosevelt a insisté sur le fait que le colonialisme devait se terminer et a promis à Soong Mei-ling que Hong Kong serait rétabli sous contrôle chinois. [45] Cependant les Britanniques se sont déplacés rapidement pour reprendre le contrôle de Hong Kong. Dès qu'il eut entendu parler de la reddition japonaise, Franklin Gimson , le secrétaire colonial de Hong Kong, quitta son camp de prisonniers et se déclara gouverneur par intérim du territoire. [2]Un bureau gouvernemental a été installé à l' ancien bâtiment de la mission française à Victoria le 1er septembre 1945. [14] Le vice-amiral britannique Sir Cecil Halliday Jepson Harcourt a embarqué à Hong Kong à bord du croiseur HMS  Swiftsure pour rétablir le contrôle du gouvernement britannique. colonie. [14] Le 16 septembre 1945, il a officiellement accepté la capitulation japonaise [14] du Maj. Umekichi Okada et le vice-amiral Ruitaro Fujita à Government House . [46]

La reprise d'après-guerre de Hong Kong a été étonnamment rapide. [16] En novembre 1945, l'économie s'était si bien rétablie que les contrôles gouvernementaux avaient été levés et que les marchés libres avaient été rétablis. Au début de 1946, la population revenait à environ un million en raison de l'immigration en provenance de Chine. [16] Les tabous coloniaux sont également tombés en panne dans les années d'après-guerre pendant que les puissances coloniales européennes ont réalisé qu'elles ne pourraient pas administrer leurs colonies comme elles faisaient avant la guerre. Les Chinois n'étaient plus interdits de certaines plages, ou de vivre sur Victoria Peak .

 

Nos coordonnées

CINE CROISETTE

cinecroisette@gmail.com

2 Avenue Beauséjour

06400 CANNES

Téléphone :

06 59 03 20 15

 

Coordonnées du président

Serge Basilewsky

06 99 94 31 87

 

N'hésitez pas à utiliser notre formulaire de contact.

Cannes - 16-25 Septembre 2016

Nos partenaires

décompte des visites depuis l'AG du 15 janvier 2016

Heure locale (Current time) Cannes

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Ciné Croisette